Plus de cris
Que sont-ils mes écrits 
In fine que des cris
Ne seraient-ils que bruits
Quand même ils seraient fruits
De mes vies bousculées 
De nos vies acculées 
Questions multipliées 
Ou espoirs désolés 
Impuissant le poète 
Qui ne peut que crier 
Ou bien alors chanter
Ce qu'il croit vérités 
Alors que tous ces cris
Et aussi ces écrits 
Pourraient être inutiles
Si l'amour si fragile
Pouvait être la loi
Pour toi comme pour moi
Planer comme un mystère 
Au dessus de la terre
Apaiser la fureur
Appeler au bonheur
Alors plus de cris
Et ni même d'écrits.
Pierre-Jean BOUTET