Prodiges
J'ai pleuré d'émotion devant le beau spectacle
Pourtant je le crois bien je craignais la débâcle 
Faire de tout un stade un orchestre classique
C'était une gageure pour le moins fantastique.
Le prodige ce fut que de la réussir 
Le cadeau ce fut bien de savoir nous l'offrir
Grandiose conjonction de tous ces arts sublimes
Musique, chant et danse furent mis en abymes.
Combien je me méfie de ces grands étalages 
Le grandiose ne naît que fruit de circonstances
Sans doute qu'elles étaient hier soir réunies 
La technique cédait devant les arts unis.
Je me suis bien surpris moi même à déclamer
De tous ces beaux arias qui lors me transportaient
J'étais ce chef d'orchestre ou même ce danseur
J'accompagnais de gestes toute cette grandeur.
Oui oubliée ma chaise, mon salon, mes tracas 
Je baignais dans le rêve de ces airs d'opéra 
Et c'est d'un pas alerte que j'étais petit rat
Je me sentais léger en survolant tout ça.
Que de moments uniques, de symbioses magiques
Entre tant de talents unis par la musique
Et amoureux du beau aimant à partager
Et clamant cet amour aux yeux du monde entier.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com