Drakkars
Venus du fond des âges de flamboyants guerriers
Armés de fortes haches et de ronds boucliers
Ils portaient tous des casques ornés de grandes cornes
De sauvages figures que longues barbes ornent.
Surgissant du grand Nord sur des bateaux véloces
À la proue des dragons ce sont bien des drakkars
Ils assaillent villages narguant les traquenards
Tendus devant les pas des barbares féroces.
Leurs raids pendant des siècles ont fait trembler l'Europe
Ils étaient ce qu'on veut mais pas des philanthropes !
Ils juraient par Odin ou le marteau de Thor
Les chrétiens les voyaient arriver dans leurs ports.
En ces temps où l'obscur tenait lieu de repère 
Où tout venait des dieux comme on croyait naguère 
On allumait des feux pour nourrir les prières 
De ceux qui courageux s'en allaient à la guerre.
Vikings ils s'appelaient ou même hommes du Nord
Ils pillaient ces pays ils s'emparaient de l'or
Leurs peuplades n'étaient que rustiques tribus
Mais des pays entiers leur payaient lourds tributs. 
Ce ne sont des légendes mais des faits avérés 
Des époques où les vies étaient courtes et fragiles
Il fallait vivre fort de façon effrénée 
La mort était alors à vous faucher habile.
Ces hommes primitifs aimaient les destructions
Leurs pillages maudits semaient désolations 
Mais vite après eux la vie reprenait forte
Les dégâts réparés quand ils prenaient la porte.
Aujourd'hui les barbares ils ont pignon sur rue
Croyez-moi  sur parole ils n'ont pas disparu
Leur méthodes sournoises font bien plus de ravages
Que n'en faisaient jadis ceux qu'on disait sauvages.
Du haut de grandes tours, de bureaux anonymes
Ils donnent des consignes qui tout partout abîment
Certes ils n'ont pas de hache, juste des comptes en banques
Qu'ils s'attachent à grossir de ce dont tous manquent.
L'obscur tient le pavé, l'argent n'est que son sbire
Il pousse tous les hommes à commettre le pire
Les drakkars d'aujourd'hui tuent le coeur de la terre
En pillant ses ressources, en méprisant nos frères.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com