A gué
De tout temps me poursuit un vague sentiment
Celui d’être en danger et cela tout le temps
De la précarité de ces meilleurs moments
Que nous offre la vie et qu’elle nous reprend.
Lorsque je me sens bien, que je n’ai de problèmes
Je sais bien que jamais ne dure ce que j’aime
Soudain et sans raison voilà tout se dérègle
Il faut recommencer à colmater les brèches.
Car tout est changement, le stable est un leurre
L’équilibre existe presque comme une erreur
On saisit lors au vol un instant de bonheur
Aussitôt effacé, c’est une histoire d’heures.
On glane comme on peut ces cadeaux si fragiles
Peut être que certains en cela sont habiles
Pour ma part je ne suis sans doute assez agile,
Car chacun d’eux toujours entre mes doigts me file.
La vie lors se traverse comme un torrent à gué
On saute sur les pierres dont la stabilité
Nous permet d’avancer mais gare à la chute
Souvent on se fait mal quand ce n’est pas le but.
Pierre-Jean BOUTET
cambredae.canalblog.com