Plus rien
 
L'homme a le dos courbé la tête entre ses mains
Il reste là prostré et il n'entend plus rien
Autour tout est détruit il ne reste plus rien
Si ce n'est quelques ruines que parcourent des chiens.
 
L'homme est immobile sa tête entre les mains
Il n'entend plus les bombes il n'a plus goût à rien
Il n'a plus même peur de ces risques aériens
Quand de sa vie d'avant il ne reste plus rien.
 
L'homme demeure là la tête entre les mains
Sa vie s'est arrêtée il ne croit plus à rien
Pas plus à un futur qu'à ce mal où ce bien
Auxquels il a tant cru dont il ne reste rien.
 
L'homme est assis là sa tête entre ses mains
Il voudrait être aveugle même n'être plus rien
Ce qu'il voit à ses pieds c'est de sa vie la fin
Il voudrait être mort couché parmi les siens.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com