Trêve ?
 
Quand je m’endors le soir, je clos la fenêtre
J’ouvre aussi la porte sur le pays du rêve
C’est ainsi, c’est profond, manière d’être
De prendre un moment, c’est comme une trêve.
 
Lors je suis le jouet de mes peurs mes envies
Je crains les cauchemars que je crains dans la vie
La nuit a le reflet de la couleur des jours
La nuit peut libérer ce qu’on contraint toujours.
 
Deux fois plus de bonheur, parfois plus de malheur
On connaît la chanson, on subit ou on fond
Les rêves sont heureux pour ceux qui bien le sont
Ou ils sont plus peureux pour qui touche le fond.
 
Quand je m’endors le soir moi qui ait cette chance
De vivre un bonheur simple et riche en confiance
Je me glisse serein dans cette aventure
Je jette alors ma vie à mes rêves en pâture.
 
Parfois même miracle, une muse m’habite
Elle dépose en moi tous ces mots qui m’excitent
Mon esprit s’en saisit au réveil il m’incite
A vite les transcrire témoins de sa visite.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com