05 juin 2017

Blessures

Blessures Je l'ai tant attendue cette aube qui se lève Cette nuit agitée de tous ces mauvais rêves Quand elle s'est pointée comme une délivrance J'ai pu à nouveau croire que j'avais une chance, D'échapper quelques heures à tous ces cauchemars Qui m'assaillent sans trêve quand tout autour est noir Ces scènes qui m'obsèdent que je ne peux chasser Ces souvenirs obscènes quand j'étais pourchassé. Que j'aimerai enfouir au fond de ma mémoire Pour qu'elle ne revive que cette triste histoire Parfois de son passé il ne faut pas avoir... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2017

Avec toi

Avec toi Lorsque je sens ce monde sous de tristes auspices Que je ne ressens plus à le voir de délices Alors je me replie sur ce que j’ai de mieux Les plis de ton sourire qui éclairent tes yeux. Jamais ne suis déçu à ainsi retrouver Ce que j'ai toujours su pouvoir y ressourcer L’amour que j’ai pour toi pour ta seule présence Pour ton tranquille amour, pour me faire confiance. Peu me chaud les échos, les navrantes nouvelles Qui ébranlent sans cesse mes attentes éternelles Car je trouve la paix dans tes bras grands ouverts Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Fascination

Fascination Les heures s’écoulaient à grandes louchées pleines Quand les grands oiseaux noirs eux survolaient les plaines Dans un temps suspendu par les choix du carême L’angoisse était palpable jusqu’au cœur des problèmes. Puis soudain mouvement alors tout s’accélère Les freins trop retenus sont lâchés dans les airs Les ombres qui s’abattent semblent très en colère Ne restent survivants que ceux qui sont sous terre. Serrés au fond des caves, où ils restent muets Les cœurs y sont battants pendant que l’on se tait On y attend le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Le grand déba...llage

Le grand déba…llage La France l’attendait ce débat de l’année De les voir s’affronter les champions nez-à-nez De comprendre vraiment ce que chacun voulait Faire pour un pays qu’ils disent aduler. La grande mise en scène a été déployée Car il faut bien un cadre digne des envolées Auxquelles tous les deux ont du bien s’entraîner Pour convaincre le peuple d’aller pour eux voter. Roulement de tambour, le suspense est au comble Mais voici que d’emblée la candidate plombe De mots caricatures qu’elle veut assassins Le candidat candide... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

A tous vents...

A tous vents Je disperse aux vents favorables ou non Les textes que j’écris très souvent sous mon nom Je n’ai pour la postérité aucune prétention Ils ne seront jamais fixés ces papillons, Comme sont des ballons lancés les jours de fête Ou des vols de colombes qui partent en goguette Ou des feux d’artifice que mes mots ont en tête Ils ont des vies fugaces comme autant de comètes, Quelques milliers de graines qui suivent des courants Sur des ondes invisibles elles sont semées pourtant Qu’elles viennent à germer ici et maintenant Ou... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Pourquoi

Pourquoi ? Pourquoi ces carrefours et toutes ces chausse-trappes Devant mes pas blessés d’une vie qui s’échappe Pourquoi ces barbelés aux épines coupantes Pourquoi ces murs dressés où buttent âmes hurlantes ? Pourquoi je suis danger moi que poursuit la mort Pourquoi suis-je étranger moi qu’on a mis dehors J’en appelle au devoir de solidarité Je ne suis qu’une vie qui veut être sauvée. Pourquoi tous ces discours le présent est si lourd Pourquoi me rejeter, je veux juste souffler Là-bas est ma famille, elle compte sur moi Pour... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2017

Si c'était seulement un film comique ?

Si c’était seulement un film comique…. Monsieur le président de Nord Amérique Vous vous prenez toujours pour un très grand comique Le monde vous apparaît comme un grand théâtre Télé réalité où jouer les bellâtres. Monsieur le président je crains que cette mèche Que fier vous arborez avec son teint de pêche Ne cache trop un front où la pensée est sèche Et que vous décidiez comme on va à la pêche Monsieur le président certes vous êtes élu Mais je crois tout au fond à un malentendu Vous-même réalisez que vous n’auriez pas dû Vous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Poussières

Poussières… Pour peu que l’on y croit, l’avenir est ouvert Tous les possibles y sont encore à nous offerts On sait ce que l’on a mais pas ce que l’on perd Si l’on ne se bat pas pour ce qu’on a de cher. Vivre au jour le jour, oui on est tous là Penser au lendemain cela n’empêche pas, Décider aujourd’hui, c’est s’engager plus loin Penser un peu à ça, c’est ce qu’on doit au moins ! Certes le temps s’écoule mais il forme un tout Passé, présent futur, un jour hier ou demain Les enfants d’aujourd’hui seront parents demain Ce que tu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Tant et si peu

Tant et si peu… J’ai vu la libellule au-dessus du marais Voler le papillon au milieu des genêts L’oiseau et ses voltiges quand il s’est élevé La graine du pissenlit que le vent emportait, J’ai vu le torrent fou au flanc de la montagne La cascade tomber en bas sur les rochers Le fleuve paresseux couler dans la campagne Le lac calme et tranquille dans le vallon caché, J’ai vu le feu flamber tout au cœur du foyer La lave du volcan qui en bas bouillonnait Des forêts disparues d’être incendiées La cendre rougeoyante du cigare entamé ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2017

Quand sonnera le glas

Quand sonnera le glas Quand sonnera le glas de toutes espérances Quand la douceur des jours aura pris un gout rance Quand ce sera trop tard pour avoir des regrets Quand on ne sera sûr qu’il y ait un après Les larmes couleront amères et acides Plus personne n’aura alors cet air placide De ceux qui se disaient et puis on verra bien En jetant l’avenir comme un os aux chiens. Quand tout sera changé qu’il n’y aura de retour Quand on n’aura de choix que dire qu’on est pour Quand on n’entendra plus que la voix de son maître Quand seront... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]