dilemme

Dilemme

Heureux celui qui a cette paix de l’esprit
A laquelle j’aspire tant elle a de prix
Détaché hors d’atteinte de toute contingence
Face à face avec soi et en pleine conscience.

Mais je ne suis pas franc à déclarer cela
Je suis fait moi aussi de la chair et du sang
Qui vient battre à mes tempes que c’en est indécent
J’ai la douleur d’aimer et ne m’en cache pas.

Pourquoi donc renier sa condition humaine
Prétendre échapper aux effets de ses sens
Est-ce bien en garder pleinement le contrôle
Que vouloir oublier qu’ils ont aussi leur rôle.

Lequel est courageux de celui qui s’isole
Où de celui qui tente de le jouer son rôle
De maîtriser au mieux ses plus mauvais penchants
En vivant avec eux et au milieu des gens ?

Chacun peut bien choisir la façon dont il vit
Ne donne de leçon quand t’as pris le parti
De mener hors du monde une vie de reclus
Quel que soit cet ordre auquel toi tu as cru.

N’est-il pas confortable pour cette paix de l’âme
De vivre et de suivre des règles immuables
Plutôt que de douter et d’être en réclame
De conditions meilleures et pour tous ses semblables ?

Pour certain c’est torture que d’être tiraillé
Entre vives pulsions, idéaux élevés
Mais c’est là que réside le courage toujours
De savoir qu’il a bien des facettes l’amour.

Je garde les pieds sur terre et la tête au ciel
Tous les jours je me bats car j’existe au pluriel
J’ai appris j’en rends grâce à concilier un peu
Mes désirs, mes devoirs et à vivre heureux.

Je me garderai bien de porter jugement
L’anathème n’est pas dans mon fonctionnement
J’ai choisi quant à moi de demeurer un homme
Pleinement engagé comme frère des hommes.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com