charybde

Pas Charybde si Scylla

J’ai perdu mon latin dans de sombres cuisines
Au milieu des tambouilles qui tous les jours nous minent
J’ai perdu ma boussole, où est passé le Nord
Quand tout le monde parle et quand autant ont tort.

Je ne vois plus le cap d’aucune péninsule
Quand la haine avance et la bonté recule
Je ne sais plus très bien, plus en quel alphabet
Je dois lire et entendre tout ce qui me déplait.

Je cherche la lumière parmi tous ces brouillards
Que répandent à plaisir des gens bien trop bavards
Je voudrai démêler l’écheveau des mensonges
Dans la soupe épaisse où les discours nous plongent.

Ce monde est si complexe et les propos simplistes
L’étendard qu’on brandit est déjà déchiré
Bien trop ont le réflexe de vouloir l’ignorer
Et de se raccrocher à des projets fumistes.

Charybde ou Scylla si c’était bien le choix
Comme bien le prétendent ceux qui gardent leur voix
Mais ce n’est pas ainsi quant à moi que je vois
Dans ce qui se prépare, un seul est hors la loi.

Aucune certitude sinon que d’éviter
Le pire à coup sûr qu’un des pôles promet,
L’espoir je garde l’autre de pouvoir le changer
Car la démocratie encore le permet.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com