IMG_0880

Été 
La houle sur les blés quand la terre frissonne
Sous la brise d'été qui se montre friponne
Dans les arbres résonne la chanson polissonne
Des oiseaux excités quand le soleil s'étonne,
Sur les plages mouillées des empreintes détonnent
Des traces des pieds nus des villes qu'on bétonne 
À quelques vielles églises sont des cloches qui sonnent
L'air chaud vous enveloppe à vous rendre un peu stone.
On libère sa peau des vêtements de trop
Ce sont sucrés sirops à l'ombre des bistrots
Les parasols ouverts sont autant de corolles
Où s'étalent des chairs qu'on sait hélas trop molles.
Vous dirai-je les siestes à la douce langueur 
Quand les volets sont clos et filtrent la lumière 
Qui vous fait sur la peau des marques un peu plus claires
Et quand au bout des doigts vous sentez la moiteur.
Et le soir quand fraîchit cette chaude atmosphère 
Les grillons se sont tus, on éteint les lumières
La voûte étoilée au dessus de nos têtes 
On respire enfin comme un air de fête.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com