22 avril 2017

L'appel

L'appel Ça ne change jamais c'est la tour de Babel Les hommes n'ont toujours répondu qu'à l'appel De leurs propres intérêts de tribus et de clans Sans vraiment comprendre qu'ils sont du même sang. Quels que soient leurs progrès ou leurs connaissances Bien qu'ils vivent ensemble, en ont-ils conscience ? Sur la même planète, que leurs sorts sont liés À travers leurs querelles ils semblent l'oublier. Ils sont plus attentifs à ce qui les sépare Religion, coutumes, langues et cultures Alors qu'ils sont tous descendants des hommes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Les espoirs de jadis

Les espoirs de jadis Mais à qui est-il donc ce vieux genou qui craque Où sont les muscles ronds dont j’étais fanfaron ? Parti le ventre plat et l’abdomen de plomb J’entends de ma jeunesse une porte qui claque Mais à qui sont ces doigts plus gourds et maladroits Où est-il ce beau dos qui me tenait si droit Et cette chevelure qui me masquait les yeux Quand jeune, je glissais des regards malicieux ? Mais à qui est ce souffle devenu un peu court Où sont passées ces dents, cette ivoire d’antan Où est le fier à bras qui était si... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Les copains d'alors

Les copains d'alors Ah la chaude amitié, ah les copains d'alors Lorsque l'on était jeune que l'on courrait dehors Qu'on découvrait la vie dans quelques corps à corps Dans ces luttes viriles dont nous rions encore, Ah parcourir les bois, vivre des aventures Et à la belle étoile écouter la nature Autour d'un feu de camp crier à pleins poumons À réveiller l'écho renvoyé par les monts. Quand le sac sur le dos, nous suons dans la pente Que sans dire un mot, pourtant on ressente Cette forte émotion d'être si bien ensemble Avec des amis... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Remplir

Remplir Glisser dans le lagon sur ses eaux bleu turquoise Cueillir sur le chemin de bien charnues framboises Voir un bel orignal en forêt québécoise Chanter en riant fort quelques chansons gauloises, Pour égayer sa vie en changer le décor Pour tromper son ennui y trimbaler son corps De mille sensations enrichir son trésor En vouloir toujours plus, en réclamer encore. Quand on n'a d'autre but que s'agiter toujours Qu'on essaie de remplir de nouveau chaque jour Pour faire diversion, s'étourdir a tout prix Tout plutôt que... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Brandons

Brandons, charbons, tisons…. La poésie nous offre palette d’expressions Pour la même scène plein d'interprétations Je prendrai pour exemple la braise du foyer Qui peut tout simplement timide y rougeoyer. Mais on peut l’évoquer comme charbons ardents Sur lesquels peut danser un homme impatient Ou faire appel parfois aux tisons enflammés Pour souligner le feu qui peut alors gronder Que dites-vous aussi des brandons qui rougeoient Pour créer une ambiance tranquille entre soi Ou alors des éclats de ces rubis de feu Pour habiller... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Dans nos bulles

Dans nos bulles Qui ne vit dans sa bulle, qui n’y reste souvent Jaloux des équilibres dont on est si friand Combien sont ceux qui n’ont ce but ordinaire De préserver d’abord cet espace précaire. Car on fait tant d’efforts pour ce petit confort Que l’on sait menacé par les dangers dehors N’est-ce pas légitime de s’inquiéter d’abord Pour sa propre famille et pour son propre sort ? Mais clore ce cocon bien mieux qu’une prison S’y enfermer dedans sans autre horizon Refuser lors de voir le monde tel qu’il est Rejeter lors les autres... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Que des bribes

Que des bribes Qui n’a pas agacé, invoqué la raison Reprochant les propos aussi les décisions De ceux dont ils contestent toutes les positions En les jugeant grotesques pleines de déraison. Qui peut se réclamer d’être ainsi raisonnable De décider toujours en toutes connaissances Des causes et des effets, qu’il a pleine conscience Que ses actes auront une fin appréciable. Chacun est limité dans ce qu’il peut connaître Dans ce qu’il peut comprendre ou bien appréhender Nous avons tous glané au cours de l’existence Une parcelle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Instant bien être

Instant bien être Un moment de bien être où le corps se détend Où c’est de tout son être qu’on goûte le moment De ces instants si rares qui font l’étonnement Qu’on recherche souvent sans les trouver vraiment. Alors quelle surprise quand on flotte ainsi Comme en décalage avec le présent Et pourtant si friand de savourer l’instant D’y être tout entier, d’y fondre ses soucis. On flotte ou on vole, chacun a ses repères Pour dire ces moments auxquels on se réfère Le corps comme le cœur s’y sentent très légers Le seul but est alors... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Pour quel ailleurs ?

Pour quel ailleurs ? Ils ne sont pas nombreux ceux qui sont volontaires Pour quitter cette terre, pour voyages à Cythère, Ils ont beau crier haut leurs peurs et leurs colères Ils s’accrochent bien fort à leurs douleurs amères, Qu’y-a-t-il hors la vie si ce n’est le néant On sait ce que l’on souffre mais sait-on où on va, Sans doute qu’on connaît des souffrances ici-bas Mais l’enfer est un doute qui demeure présent. Ils ne se pressent pas sinon au compte-gouttes Ceux qui maugréent après ce qui nourrit leurs doutes Pour chercher un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

Des mots d'amour

Des mots d’amour On aligne des mots comme à la parade Ou on tient des propos là à la cantonade Comme pour exister ou pour donner un sens Remplir cette outre vide qu’est toujours le néant, Briser même un peu tout cet affreux silence Point d’interrogation pour toutes les souffrances Il n’y a de réponse que celle qu’on se fait Cette vie est absconse, jamais on ne s’y fait. Pourquoi cette conscience dont nous sommes si fiers Si notre existence se consume en prières J’envie à l’escargot sa belle insouciance Il meurt sous le sabot et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]