bègue

Do-dommage !

Je n'ai jamais su bien dire
Et tout simplement je t'aime
Sans crainte d’ouïr des rires
D'entendre des anathèmes

Je n'arrive pas à croire
Que quelqu'un puisse m'aimer
Sans se moquer de ma poire
De ma façon de parler

Car voyez-vous ce que j'ai
Et ce depuis mon enfance
C'est l'ennui que je bégaie
Et qu'en moi je n'ai confiance

Dans ma tête tout est clair
Les mots me viennent sans peine
Quand je parle je les perds
Voilà que les sons se traînent

Je force et je rougis
Je vois dans les yeux des autres
La pitié et le mépris
Lorsque ainsi je me vautre

Alors depuis lors j'écris
Le papier est indulgent
L'encre n'exige même prix
Que paroles pour les gens

La page reflète mieux
Et bien plus précisément
Les sentiments si précieux
Que j'éprouve à tout moment

Ce sont de petits mots doux
Que j'adresse à présent
À la fille dont la joue
Va rougir en les lisant

Mieux vaut donc rester muet
S'exprimer en écrivant
Car on plaindra le muet
Pas le bègue en se moquant.

Pierre-Jean BOUTET