21 avril 2017

Espoirs dérisoires

Espoirs dérisoires ? J'ai vu des gens œuvrer à leur petite échelle Tenter de transformer leur vie et aussi celle De leurs proches voisins et de leurs relations Ils ont à partager tant de leur conviction Animés du désir de démontrer à tous Et peut être à eux-mêmes, qu'existent des atouts Pour infléchir le cours de nos communs destins Il suffit pour cela de prendre d'autres chemins. Ils donnent à leur rêve le nom de transition Vers ce monde nouveau sans plus de pollutions Sans plus de gaspillages et où règne l'union L'homme et la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Monsieur de Beaumarchais

Monsieur de Beaumarchais Monsieur de Beaumarchais roulait dans sa calèche De sa tête poudrée n’échappait nulle mèche Ce noble aristocrate n’était pas dans la dèche De belles réparties souvent il se pourlèche, Monsieur de Beaumarchais avait talents multiples Car de l’horlogerie il connaît les principes Savez-vous qu’il joue bien de nombreux instruments Aussi de la finance il a entendement, Monsieur de Beaumarchais s’est marié bien souvent Au point que les jaloux le pensent imprudent Il a dans ses mémoires bravé les impudents... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Durs à cuire

Durs à cuire Dans une poêle à frire j’y ai mis tous mes rires J’ai mis à fricasser aussi tous mes hoquets Est-ce que de les cuire va les améliorer Ou bien ces durs à cuire vont seulement frémir ? Dans la grande marmite j’y ai mis tous mes pleurs J’ai mis à mijoter aussi bien mes erreurs Est-ce que les chauffer va bien les dissiper Ou bien ces clous plantés vont seulement rouiller ? Dans ma belle cocotte j’ai mis aussi mes joies J’y ai mis à braiser aussi tous mes émois Est-ce que les colorer va bien les exalter Ou bien ces bons... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Téméraires

Téméraires Ces grands panaches blancs tout frangés de lumière Qui s'élèvent puissants là au-dessus des grèves Quand les vents sont furieux que les vagues ils soulèvent Dans le fracas violent que fait l'eau sur la pierre, Ces petits friselis qu'on voit au bord des plages Sur le sable bien chaud bien lissé par la houle Qui s'étale paresseuse pour mouiller le rivage Dans des scintillements admirés par les foules, Cette étendue mouvante qui a perte de vue Reflète seulement les couleurs des nuées Jusque à l'horizon son langage est... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Portrait fleuri

Portrait fleuri Je m’étais égaré au milieu des jardins J’avais longtemps marché tout au long du chemin Fatigue et chagrin que de t’avoir perdue Et je m’assois ici mon âme éperdue, Je revois ton visage et ses tendres contours En moi poussent très fort les pensées des beaux jours Lors j’aperçois des fleurs qui sont là tout autour Je les cueille rêveur comme un cadeau d’amour, Je pose des bleuets de couleur de tes yeux De pétales de rose j’habille alors tes lèvres Pour tes joues carminées sous les poussées de fièvre Ce sont fleurs... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

En chemin vers ma belle

En chemin vers ma belle Il flotte sur mes lèvres une chanson très gaie Tandis que je traverse le clair ruisseau à guet Je m’en vais voir ma belle, dans la main un bouquet De clochettes nouvelles, oh le joli muguet ! Pour rencontrer ma belle je me suis habillé De pied en cap de neuf, que je suis bien nippé Mes bottines sont neuves, ma coiffure peignée A me voir demoiselle sera émoustillée. Alors que je chemine avec le cœur léger Voilà que je trébuche, me voilà affalé Je vois bien dispersés tous les brins ramassés Avec amour à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Furieux manège

Furieux manège Des fleuves déchainés et encombrés de glaces Violences effrénées dans nature se passent Les laves des volcans dont la croute efface Les villes orgueilleuses dont ne restent que traces, Tempêtes homériques des océans baltiques Secousses telluriques en terres désertiques Tsunamis et paniques sur côtes pacifiques Eruptions volcaniques des îles des tropiques, Vous qui semez terreurs depuis l’aube des temps Dans le cœur de ces hommes qui vous redoutent tant Vous n’êtes que soubresauts d’une terre qui vit Qui s’agite... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Quelques gestes simplement

Quelques gestes simplement Une main sur le cœur, la compassion aux lèvres Un sourire enjôleur, un discours plein de fièvre Est-il un comédien, un homme au grand cœur Joue-t-il sa partie bien ou sont-ce de vrais pleurs ? Méfiez-vous toujours de ces démonstrations D’amitié, ostensibles elles ne sentent pas bon L’affection véritable est plutôt discrétion Sincère mais discrète en manifestations. Une main sur l’épaule, un serrement de doigts Un sourire sincère, une parole tendre Cela suffit souvent plutôt que de s’attendre A... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Médiateur

Médiateur Je sais que j’ai pouvoir de chanter toutes choses Comme le désespoir ou le parfum des roses De peindre tout en noir en vers ou bien en prose De célébrer le soir quand le soleil repose, J’ai au bout de mes doigts ces armes incomparables Pour contester aux dieux des fêtes cérébrales Pour exprimer au mieux des beautés admirables Pour dire aux envieux qu’ils sont bien détestables, J’ai entre les mains la baguette magique Invisible, ordinaire, puissance mirifique Qui en disant les choses les fera exister En montrera la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Où est passé notre instinct de survie ?

Où est-il passé notre instinct de survie ? J’ai bien des fois écrit sur ce qui est en nous De reste d’animal qui nous influe beaucoup Mais là mes chers amis, il faut que je l’avoue De l’instinct animal, on n’en a plus du tout, Du moins pour ce qui est de ce sens du danger Qui fait que fuient les bêtes les lieux trop exposés Elles semblent sentir quand vient la catastrophe Et se sauvent bien loin pour rester sain et sauf. Hélas l’espèce humaine préfère ignorer Les signes avertisseurs des multiples dangers Elle ne change rien à... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]