mainépaule

Quelques gestes simplement

Une main sur le cœur, la compassion aux lèvres
Un sourire enjôleur, un discours plein de fièvre
Est-il un comédien, un homme au grand cœur
Joue-t-il sa partie bien ou sont-ce de vrais pleurs ?

Méfiez-vous toujours de ces démonstrations
D’amitié, ostensibles elles ne sentent pas bon
L’affection véritable est plutôt discrétion
Sincère mais discrète en manifestations.

Une main sur l’épaule, un serrement de doigts
Un sourire sincère, une parole tendre
Cela suffit souvent plutôt que de s’attendre
A recueillir de l’autre d’autres signes que ça.

Si les grandes douleurs demeurent silencieuses
Les gestes d’amitiés sont d’abord des présences
Qui sont à nos côtés, cela avec constance
Ce sont elles avant tout qui nous sont précieuses.

Ecouter attentif à la couleur des mots
Avec empathie recueillir ses propos
Le serrer dans ses bras si le moment s’y prête
Garder chaque fois une présence discrète.

Manifester sa peine plutôt avec pudeur
Dire à ceux que l’on aime, qu’on est là, simplement
Que ce soit dans la joie ou bien dans le malheur
La ligne de conduite vient naturellement.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com