bachelard

Où est-il passé notre instinct de survie ?

J’ai bien des fois écrit sur ce qui est en nous
De reste d’animal qui nous influe beaucoup
Mais là mes chers amis, il faut que je l’avoue
De l’instinct animal, on n’en a plus du tout,

Du moins pour ce qui est de ce sens du danger
Qui fait que fuient les bêtes les lieux trop exposés
Elles semblent sentir quand vient la catastrophe
Et se sauvent bien loin pour rester sain et sauf.

Hélas l’espèce humaine préfère ignorer
Les signes avertisseurs des multiples dangers
Elle ne change rien à aucune habitude
Et ne veut s’imposer aucune servitude.

Qu’il y ait des tsunamis, des tremblements de terre
Des cyclones géants, des tempêtes énormes
Bien que ces catastrophes soient désormais hors normes
Les hommes continuent à torturer la terre.

Nous nous comportons tous comme si toute alarme
N’arrivait désormais plus à troubler les charmes
De ces vies programmées pour aller jusqu’au bout
De ces erreurs fatales qui nous ont rendus fous.

Il n’y a plus de tocsin, plus de corne de brume
D’alarme incendie, de sirène hurlante
Pour l’espèce humaine il semble qu’elle assume
Tous les choix qu’elle a faits, bien qu’elle soit perdante.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com