IMG_0834

Les pots cassés
 
Derrière tous ces bruits qui montent à la surface
Les entends tu mon cœur dessous ta carapace
Tous ces gémissements venus des profondeurs
Qui naissent dans le monde en ces jours d’horreur ?
 
Tu souffres à les entendre, tu te sens impuissant
Etouffé par cet ordre qu’arbitrent les puissants
Insensibles qu’ils sont aux misères et au sang
Abrités dans des tours comme ils sont indécents.
 
Méfie-toi quand ils tentent que de te faire peur
De brandir la menace pour mieux fermer ton cœur
Pour tenir à distance loin d’eux tous ces malheurs
Et tirer les ficelles, l’argent n’a pas d’odeur.
 
Les entends-tu mon frère, tous ces frères de sang
Ils sont aussi humains que toi à cent pour cent
Ouvre tes bras mon frère, sois plus compatissant
Demain c’est toi peut être, qu’on met à feu à sang.
 
Parfois suffit d’un geste, simple main qui se tend
D’un sourire aussi, d’être plus avenant
Ce n’est pas impossible que de donner un peu
De son argent peut-être, ou de son temps pour eux.
 
Mais surtout ne sois pas ou sourd, pire aveugle
Toi qui tu sais très bien appartenir au peuple
A ceux qui ont toujours depuis la nuit des temps
Payé les pots cassés des guerres des puissants.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com