IMG_0833

Capharnaüm 
 
J’aurai mille raisons de crier ma colère
Et bien mille façons de quitter la galère
Ou de baisser les bras, de me montrer moins fier
De me décourager devant cette misère,
 
Quand tous les cris se perdent comme des bruits de fond
Dans le grand maelstrom des communications
Qu’un drame écrase l’autre et ne prend plus de place
Qu’un but qui est marqué sous le hourra des masses,
 
Rien ne sert de hurler dans ce capharnaüm
Cela n’écorche plus les oreilles des hommes
Rien ne sert de montrer des images d’horreur
Elles sont oubliées tout aussitôt dans l’heure,
 
Seuls des actes concrets de bonne volonté
Seules les mains tendues et l’aide apportée
L’action de tous ces gens qui ne font pas de bruit
S’avèrent bénéfiques, une œuvre de fourmis.
 
Sans mouvements de manche, paroles de tribune
Sans geste à grand spectacle, sans avoir de fortune
Il existe des hommes et des femmes animés
D’un amour simple et vrai en toute humanité,
 
C’est donc jour après jour, et sans compter les heures
Qu’ils tentent de soulager grands et petits malheurs
Payant de leur personne, le sourire aux lèvres
Ils agissent au mieux sans aucune réserve.
 
Seuls ceux qui sont conscients du rôle parmi nous
De ces actes invisibles qui nous tiennent debout
Des misères de ceux qu’on ne voit même plus
Sont dignes de respect, peut-être d’être crus.
 
On vote pour des prunes, regardez à la Une
Des solutions miracles, des rêves de fortune
Écoutez votre cœur pour savoir s’il y en a une
Qui respecte les gens sans promettre la lune.
 
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com