IMG_0819

Pécher...
La chandelle a brûlé et au pied du bougeoir
La cire accumulée a des formes bizarres
Un homme en tenue sombre est couché près de là 
Sur son crâne la peau luit à faibles éclats.
La nuit a été longue pour ce grand échalas 
En proie à ses tourments et intimes débats 
Pour chasser ces démons qui lui font tentation 
Et calmer de sa chair les honteuses pulsions.
Comment pourrait-il donc garder son attention
Pour tous les sacrements qui sont dans sa mission
Entendre confession, donner l'extrême onction
Si son cœur et son corps sombrent dans la passion.
Non pas celle du Christ au mont des oliviers
Mais la vile passion celle qui tord les chairs
Qui consume les âmes et qui les fait plier
Qui veut la possession et qui vous désespère.
Lors le pauvre curé est bien seul dans l'instant 
À qui donc confier la honte qui le prend
Cet émoi dont il tremble déjà quand il la voit
Ce désir qui s'impose quand il entend sa voix.
La fille est innocente dans sa jeune candeur
À dévoiler un sein beau à damner un saint
Quand elle se confesse et qu'il sent sa chaleur
Qu'il peine à maîtriser un élan de sa main.
Alors quand vient le soir il pleure et il prie
Il fouette sans relâche ce corps qui le trahit
On l'avait mis en garde, on le lui avait dit
Mais jamais il n'eut cru si forte cette envie.
Il en est ébranlé le doute l'envahit
Pourra-t-il renoncer à ça toute une vie
Lui qui prône aux autres l'amour sans le péché
Se priver de cet amour, ne jamais pêcher ?
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com