IMG_0813

Canailloux
On suivait des pistes de branches et de cailloux
On s'égarait parfois en petits canailloux
On connaissait les bois, car on était chez nous 
Nous étions des enfants si libres après tout.
Nos mollets dénudés étaient toujours griffés 
D'avoir franchi ronciers tout le long des sentiers
Nos ongles étaient noirs de terre et de graviers
Pour tous ces beaux châteaux qu'alors on construisait.
Nos habits n'étaient pas plus résistants que nous
Aussi comportaient-ils je l'avoue quelques trous
Nous nous en moquions bien courant comme des fous
Les cow boys les indiens étaient bien parmi nous.
Pourtant on s'appliquait comme il le fallait
La tête bien penchée sur nos pauvres cahiers
On tirait fort la langue, on soignait bien le trait
Le maître punissait les élèves distraits.
Pourtant on écoutait la parole du père 
On était attentifs quand parlait notre mère 
On se couchait très tôt, se levait matinaux
Pour remplir les cartables qu'on portait sur le dos.
Mais nous étions fanfan en chemin pour l'école 
Capitaines courageux ou bien les fils d'Eole
Nous puisions dans les livres nos mille aventures
Et profitions à fond des joies de la nature.
L'été nous fabriquions des chariots à roulette
Pour dévaler les rues sans tambours ni trompettes
L'hiver c'est sur des luges faites de bouts de bois
Que nous glissions hardis criant à pleine voix.
Je pense à cette enfance vécue aux temps jadis
Ça me paraît si loin venu d'un autre temps
Pas un vrai paradis on n'avait un radis
Les jours étaient plus rudes et plus légers pourtant.
Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com