19 février 2017

Epaves

Épaves Des pensées fugitives qui traversent l'éther Comme des fulgurances aussitôt oubliées Dans les méninges mortes d'overdoses ratées Elles sont la trace, de tout ce que l'on perd. Des vies comme en suspens, ont-elles encore un sens Le tic-tac mécanique de cœurs encore battant Présence incongrue qu'est l'âme devenue Emportée en fumées dans les bruits de la rue. Ce serait comme un port où gisent les épaves De tous ces chalutiers quand l'eau s'est retirée Quand l'espoir les déserte, les esprits sont esclaves De ces corps... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Amitié et moitié

Amitié et moitié Mon copain, mon ami, toi mon camarade Pourquoi a-t-il fallu qu'aussi tu la regardes ? Toi qui était si proche et depuis si longtemps Je trouve ça si moche combien ça me surprend. On a tout partagé nos actes les plus fous Et nos déconvenues, et nos succès surtout Mais il existe sais-tu comme une ligne rouge Que tu ne dois franchir, je tire si tu bouges. Je veux bien des défis que tu peux me lancer Sur des actes sportifs ou sur quelques projets Mais cette femme là n'est pas une conquête Je l'ai au fond du cœur et... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Flic-floc

Flic-floc Le flic-floc de ces gouttes qui s'écoulent du toit De la neige fondue sous le soleil qui choit Dessine sur le pavé un étrange ballet Fait de coupes claires aux rebords crénelés J'imagine bien sûr l'air qui fera écho A la danse au hasard des chutes éphémères À travers le rideau de filaments trop clairs Mes doigts tambourinent, en suivent le tempo. Spectacle fascinant à tant se répéter C'est la même scène, toujours renouvelée Preuve éloquente que la nécessité D'une loi implacable comme la gravité Peut faire une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Néant

Néant Il en est qui évoque quelque puissant attrait D'un néant qui serait pour certain accueillant Où plus rien n'atteindrait une âme en tourment Où elle flotterait pour toute éternité. Comment imaginer qu'une chose attire Alors que le néant ne saurait se décrire Comment qualifier ce qui n'a d'existence Comment une âme même y serait en présence ? Sombrer dans le néant c'est alors disparaître Et de ce qui n'est rien, rien ne saurait renaître. Aspirer au néant c'est renoncer à tout Cela ne veut pas dire rejoindre le grand Tout. ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Griefs

Griefs Vous a-t-on déjà fait, grief bien trop courant De ne compter vos pieds, cela en écrivant Emporté par le feu de votre inspiration C’est en vers trop bancal, qu’est votre production ? Alors j’ai investi dans un métronome Son rythme lancinant rappelle la norme Pas question de flancher, je suis économe De ces mots un peu longs, j’use de la gomme. Alors ça me bride et coupe mes élans Rester dans le cadre, ça devient un carcan Je ne sais si ça plait, en tout cas c’est barbant Merci aux puristes, s’ils trouvent leur comptant. Je... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

La mauvaise cible

La mauvaise cible Quand mes pensées s'affolent comme un essaim de mouches Quand j'ai ce mauvais goût tout au fond de ma bouche Qu'au loin je vois l'espoir s'enfuir à tire d'ailes Que je suis déserté comme un nid d'hirondelle Alors j'ai des envies de m'échapper du piège De quitter cette vie dont l'échec fait le siège D'envoyer promener ces principes éculés De cracher sur le temps et ce qu'il m'a volé. Lorsque dans mon enfance on parlait d'avenir C'est toujours le meilleur que l'on voulait en dire J'ai cru à cette fable dont tous... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Dialogue singulier

Dialogue singulier J'ai ouvert ce matin un curieux dialogue Avec ce qui paraît un parfait démagogue Qui sait si bien flatter les foules et les gens En promettant toujours peu d'efforts, plein d'argent En désignant bien sûr quelque bouc émissaire Pour faire bonne mesure il faut des adversaires Si possible assez faibles, dans l'idéal muets Qu'on pourra désigner sans gros risques et sans frais, Il faut dire aux peuples ce qu'ils aiment entendre Et jouer sur leurs peurs ce qu'ils peuvent comprendre Défendre des idées simples et qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Le dernier combat

Le dernier combat Je vivrai dans l'espoir jusqu'à mon dernier souffle Avant mon dernier soir d'un monde qui ne souffre Plus d'aucun de ces maux sous lesquels il doit vivre Plus d'aucun de ces jougs qui chaque jour sont pires. Est-ce trop demander que la raison l'emporte Que l'homme à son cœur ouvre enfin la porte ? Est-ce trop espérer que l'amour se révolte Pour que tous les malheurs partent et virevoltent ? Je ne peux me résoudre non à baisser les bras Et je ne veux absoudre ceux qui cessent le combat Pour rappeler à l'homme... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

En souvenir d'avant

Duo de plumes, Pierre-Jean BOUTET-Danièle LABRANCHE En souvenir d'avant, Que dirais-tu d'un jour, refaire le voyage, Que l'on a fait jadis du temps de nos amours, Les années sont enfuies, et nous voilà plus sages, Je n'ai pas oublié, et j'y pense toujours. Dans un coin de mon cœur, j'ai gardé une place, Que personne à ce jour n'a jamais pu combler, J'aimerais que tu viennes et à nouveau m'enlaces, Et me fasses rêver, l'espace d'un baiser ! J'aimerai tant revoir les rives du fleuve amour, Les si beaux paysages qui sont... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2017

Le hall de gare

Le hall de gare Des gens qui vont et viennent en partances lointaines Se croisent et s'ignorent chacun va vers son sort Des personnes sans liens, existences s'enchaînent Chacun rejoint un port, chacun son train d'abord. Dans le grand hall de gare, le moment du départ Sous la vaste verrière, on entend des prières Reviens vite me voir ou bien au revoir Écris moi si tu peux, je fais pour toi des vœux. Oh combien de destins sur combien de chemins Tous liés un instant par le jeu du hasard Réunis pour un temps dans le grand hall... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]