sdf

Éléments de décor

Quand on n'est plus qu'une ombre invisible au passant
Couché sur un carton entouré de bouteilles
Pour compagnie un chien nourri dans les poubelles
On reste un humain quoique pensent les gens.

Vivre de charité vide de compassion
Où être hébergé dans des institutions
On n'est plus qu'un poids mort grimé en statistiques
On est humain encore en dépit des critiques.

Éjecté d'un système qui veut des résultats
Quand on a tout perdu par simple accident
D'une vie qui n'est plus qu'une rage de dent
On est pourtant humain, on est humain pourtant.

On peuple les trottoirs et les bancs du métro
La mauvaise conscience de tous ceux qui ont trop
S'ils pouvaient effacer ces horribles stigmates
Que sont ces pauvres humains qui leur ville gâtent.

Soudain on pense à eux quand s'en vient le grand froid
On découvre ce sort et c'est le grand émoi
On s'active alors pour calmer cet effroi
Ces humains on oublie au bout de quelques mois.

Désormais ils sont là éléments du décor
Ordinaire des villes ils ne sont plus des corps
Seulement des questions qui se posent encore
À peine des humains en quête de réconfort.

Pierre-Jean BOUTET