paralleluniverse

Univers parallèles

Longuement étirées sont les brumes des songes
Quand on ne veut quitter les limbes du mensonge
Quand c'est la dureté de la réalité
Qui fait craindre plus fort encore la vérité.

Que nous reste-t-il hors du cocon des pensées
Ce domaine secret où nul n'est invité
On peut s'y réfugier quand il n'y a plus d'issue
Qu'est, de nos pauvres vies, déchiré le tissu.

C'est tout un autre monde qui alors vous appelle
S'y perdre aussi parfois quand la folie y guette
S'y laisser emporter quand dehors on vous jette
N'en revenir jamais, si rien ne vous rappelle.

J'en connais qui aspirent aux mondes virtuels
Pour y vivre ce que n'offre pas le réel
Ces chemins sont ouverts par de multiples drogues
Mais demain suffira de connecter son log.

On pourra paresser dans divers univers
Conçus pour son plaisir par talents d'ingénieurs
En revenir indemne comme après un congé
Libéré des tensions en soi accumulées.

Mais où seront nos rêves dans ces prêts à penser
Si rêves et cauchemars sont tous modélisés
Y aura-t-il encore des poètes pour dire
Que pour vagabonder l'esprit doit être libre.

Tout ce que j'imagine ça n'appartient qu'à moi
Les mondes que je crée obéissent à mes lois
Je veux garder toujours cet espace privé
Où puis me réfugier en toute liberté.

Pierre-Jean BOUTET