souvenirsamoureux

Duo de plumes, Pierre-Jean BOUTET-Danièle LABRANCHE

En souvenir d'avant,

Que dirais-tu d'un jour, refaire le voyage,
Que l'on a fait jadis du temps de nos amours,
Les années sont enfuies, et nous voilà plus sages,
Je n'ai pas oublié, et j'y pense toujours.

Dans un coin de mon cœur, j'ai gardé une place,
Que personne à ce jour n'a jamais pu combler,
J'aimerais que tu viennes et à nouveau m'enlaces,
Et me fasses rêver, l'espace d'un baiser !

J'aimerai tant revoir les rives du fleuve amour,
Les si beaux paysages qui sont aux alentours,
Revivre ces émotions du temps de nos passions,
Réentendre les rires qu'alors nous égrainiions.

Sentir en moi la vague que tu savais si bien,
Soulever d'un regard plein de désir empreint,
Frissonner sous tes doigts qui si doux m'effleuraient,
Nous sentir si complices au cœur de cet été.

Je t'ai revu souvent, au fin fond de mes rèves,
Je refaisais la nuit notre roman d'amour,
Tu me prenais la main, nous marchions sur la grève,
Nos regards suffisaient, pas besoin de discours.

J'ai tout gardé de toi, tes lèvres qui m'abreuvent,
La ferveur envoûtante de tes tendres baisers,
J'aurais voulu alors, que s'arrêtent les heures,
Pour vivre intensément l'amour à tes côtés.

Mais voilà que le temps à aussi fait son œuvre,
Il n'a laissé de nous que ces beaux souvenirs,
Quand les années qui passent sont elles à la manœuvre,
Ne demeurent de l'époque que ces beaux souvenirs.

Je ne regrette rien quand s'avancent les ombres,
De ces jours lumineux qui maintenant sont sombres,
Il me suffit tu sais de refermer mes yeux,
Pour ouvrir grand mon cœur à tous ces jours heureux.

Je ne laisserai pas au temps, le loisir de détruire,
Ce que l'on a bâti en des jours plus anciens,
Je ne peux effacer tes yeux et ton sourire,
Ils ont été mon phare qui traçait mon chemin.

Demain peut-être, et si le cœur t'en dit,
Si s'en recréé l'envie, ma porte reste ouverte,
Pour te revoir enfin, je serais toujours prête,
Tu resteras pour moi, mon amour, mon ami.

Danièle LABRANCHE-Pierre-Jean BOUTET