le-peintre

Du néant

La toile est le défi, sa surface le nargue
Car il va y poser ces élans et ces vagues
Ces traits et ces couleurs qui sont prêt d'exploser
Qui en lui fort s'agitent et veulent s'exprimer.

Ce qui jaillit de lui est parfois très construit
Le moindre des détails il a déjà instruit
Mais souvent cela naît au fur et à mesure
Les images qui viennent ne sont pas toujours sûres.

On reconnaît ici un lieu très familier
On y voit visages par des gens inspirés
Ce sont aussi parfois des tourbillons de feu
De couleurs et de formes disposées comme un jeu.

Avant c'était néant, un grand vide tout blanc
Regardez maintenant, c'est vie ou c'est folie
Il n'y a pas de sang, il n'y a pas de cris
Mais tout est dit pourtant sur la toile à présent.

Le peintre est épuisé il est même vidé
Cela fait bien des nuits qu'il n'a même dormi
Il est las des efforts mais il en est ravi
Ce qui est de lui sorti peut enfin exister.

Pierre-Jean BOUTET
cambredaze.canalblog.com