image

Au delà de mes mots
 
Dans la nacre opaline de très beaux coquillages
Dans la crème qui flotte sur le lait au matin
Dans la mousse d’écume qui borde le rivage
Dans le tissu tendu sur un lit de satin
 
J’ai voulu retrouver la couleur de ta peau
Jamais de comparable, n’en ai vu de ma vie
Si douce et si pâle, que nul autre n’en vit
La décrire demeure au delà de mes mots.
 
Dans l’azur d’un ciel clair après un temps d’orage
Dans les eaux cristallines d’un torrent de montagne
Dans les fleurs de ces champs qu’on voit dans les campagnes
Dans la pierre précieuse des joyaux de mariage
 
J’ai voulu retrouver la couleur de tes yeux
Jamais telle lumière je n’ai vu de ma vie
Si claire et innocente, que nul autre n’en vit
La décrire voudrais, cela reste un vœu pieux.
 
Dans le son d’une flûte qui chante au printemps
Dans le doux tintement de verres de cristal
Dans le trille léger de l’oiseau dans le vent
Dans les notes d’un piano au cours d’un récital
 
J’ai voulu retrouver la couleur de ta voix
Jamais une aussi pure n’ai connu de ma vie
Si claire et fascinante, que nul autre n’en a ouï
La décrire ne puis et pourtant tant j’y crois.
 
Dans la douce lumière du soleil au levant
Dans le rire charmant qui secoue un enfant
Dans la chaleur du feu d’un âtre rougissant
Dans la tendre caresse d’un être très aimant
 
J’ai voulu retrouver le doux de ton sourire
Jamais telle chaleur n’ai connu de ma vie
Si chaud et si charmant, que nul autre n’en a joui
Quand même le voudrais, je ne puis le décrire.
 
Pierre-Jean Boutet
cambredaze.canalblog.com