Les paroles s'envolent
Que vous dire de plus,les paroles s'envolent
Et le écrits se noient, pris pour des fariboles
L'expérience d'hier est disqualifiée 
Dans un monde qui change, à qui donc se fier ?
On veut des solutions si possibles immédiates
Pour des dangers qu'on a, peine à définir
On les veut tout de suite, et on veut prendre date
Mettre au pied du mur du présent, l'avenir.
Cela sans rien changer de nos vieilles habitudes
Faut pas nous bousculer, on paye nos impôts 
Les gens qui nous gouvernent, ce sont tous des crapules
Ils sont bien incapables de réponse à nos maux.
Nous attendons des autres, la sortie de ce piège
Où nous sommes englués, bien assis sur nos sièges
Avons nous bien conscience que nous avons bâti
De nos mains le système qu'à présent on maudit.
À part toutes les victimes dans ces pays perdus
Qui n'offrent aucune chance à ceux qui y sont nés 
À part tous ces humains par nous tous condamnés 
À part tous ces enfants, si affamés et nus
Nous sommes prédateurs sur notre belle terre
Nous creusons chaque jour, pour qu'un jour on enterre
L'humanité entière qui fut aveugle et sourde
À toutes ces paroles, que vous trouvez si lourdes.
Que vous dire de plus, que vous crier encore
La parole est d'argent et le silence est d'or
Et quand il règnera là, partout, au dehors
Il sera bien trop tard, pour avoir des remords.
Pierre-Jean Boutet
cambredaze.canalblog.com