31 juillet 2016

Tout ça pour dire...

Tout ça pour dire.... Je n'écris pas sur moi car c'est sans importance J'écris sur toutes choses qui troublent ma conscience Sur ces choses qu'on absorbe comme de vrais éponges  Qui insidieusement nous gênent et nous rongent. Je n'écris pas pour vous, mais tout ce que je dis Je le dis bien pour moi, éviter la folie Car ces maux qui nous mangent exigent bien des mots Qui certes ne les arrangent, ce n'est pas mon propos. J'écris pour exhumer tous ces poisons sournois Qui viennent tous les jours s'accumuler sur... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2016

Révélation

  Révélation  Je n'avais pas de peine, j'étais froid et distant Je regardais le monde comme indifférent  Chaque jour à ma tâche, monotones actions Je n'avais d'intérêt ni même de passions. Je crois même hélas que le mot émotion  N'était même pour moi qu'une vague notion. Je vivais dans ma niche comme bulle de savon Ou comme poisson rouge dans son triste aquarium. S'il y avait autour de moi des bruits et des couleurs Moi je n'en ressentais ni musiques ni odeurs Tout me paraissait terne et aussi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2016

Inaccessible

Inaccessible Noyé corps et âme dans l'eau de ton regard Un pauvre cerf qui brame tout en gardant l'espoir Qu'une petite flamme naîtra dans ces yeux clairs Pour repêcher mon cœur avant qu'il ne se perde. Suis tombé captivé par ton allure fière  Que ce vrai port de reine, altière, te confère Par cette ombre qui plane comme un sombre mystère  Sur ta présence ici au milieu du désert. Il y a tant de noblesse dans ta simplicité  Quand tu vas et tu viens parmi ces réfugiés  Au milieu de ces tentes qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2016

Tout droit

Tout droit Une brise de mer chargée d'embruns iodés Me heurte le visage en bourrasques salées  Les chocs de notre coque sur la mer agitée  Remontent en vibrations dans mes jambes mouillées. Quand je fais front aux vagues mes larmes alors se mêlent  A l'eau de mer qui coule sur ma peau au teint blême  Je peux crier ma rage, ma douleur et ma peine Sans que personne n'entende jusqu'où s'étend ma haine. J'en veux aux éléments et à la terre entière  Eux seuls peuvent absorber mon trop plein de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]