image

Coques de noix
Je suis un frêle esquif sur l'océan du verbe
Un radeau sans amarres ni fringant ni superbe
Une coque de noix sur les ondes du temps
Une barque légère portée par les courants.
Ai-je jamais eu barre, pour conserver mon bord
Où sont passées mes voiles pour y prendre les vents
Y-a-t-il un gouvernail pour atteindre mon banc
Où est donc la boussole pour m'indiquer le nord ?
Aussi moi sur les flots, je vais de-ci, de-là
Je tournoie, je ballotte, tout ça sans tralala
Au gré du dieu Eole et de ses fantaisies
Je navigue sans but, une vraie hérésie.
J'en ai pris mon parti, arrêté de me battre
De vouloir à tout prix, maîtriser mon destin
Décider de la route et choisir le chemin
C'en est fini pour moi, cette lutte opiniâtre.
Je m'en remets aux lois d'un hasard bienveillant
Pour me faire connaître, la joie ou les tourments
N'est-ce-pas pour chacun, quelle que soit sa foi
Là notre sort commun, quelle que soit la voie.
Car ce serait la preuve que d'un orgueil immense
Que savoir où l'on va, surtout quand l'on pense
Combien nos pauvres vies sont toujours tributaires
De mille et un détails parfois si terre à terre.
Le lieu où on est né et dans quelle famille
L'enfance qu'on a eue, qu'on soit garçon ou fille
La vision sur le monde que l'on nous a donnée 
Tous les gens rencontrés et s'ils nous ont aimés.
Les gènes hérités de tant de nos ancêtres
La santé qui en dépend, dont peu nous sommes maîtres
Les chances ou les malheurs qui nous ont fait visite
La confiance en nous qui s'est ou non construite.
Je suis si frêle esquif au milieu de tant d'autres
Un modeste bateau qui ressemble au vôtre 
Une coque de noix jouet de tous les vents
Une barque légère livrée à l'air du temps.
Pierre-Jean Boutet
cambredaze.canalblog.com