20 juillet 2016

Apocalypse

  Apocalypse C'est une longue plainte que tous entendent au loin Comme ferait une meute de loups en lune pleine Ce sont gémissements aux coups des malandrins Qui s'échappent de corps couchés sur les chemins. Ce sont partout victimes abattues comme chiens Des cadavres étendus en plein cœur de nos villes Des massacres déclenchés par des haines faciles Toute une société sans repères et sans freins. La violence qui règne étouffe les appels De tous les gens de bien qui battent le rappel De ces valeurs anciennes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2016

Un gouffre infranchissable

Un gouffre infranchissable Si tu savais la peine que j’ai eue à partirCourant à perdre haleine pour ne pas revenirSi tu sentais la haine que j’éprouve à mentirA dire que ma reine, je pouvais te haïr. Quand on m’a arraché à tes bras porcelaineQuand on t’a dit celui là, il en vaut pas la peineA tous ils ont mentit de peur que l’on apprenneQue notre amour maudit, nous valait la géhenne. On nous a séparé sans nous donner espoirDe nous revoir un jour, ne plus jamais y croireTon destin est tracé tu devras obéirMon chemin imposé, quand... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2016

Sur le marbre froid

Sur le marbre froid   Si la fleur du destin refleurit sur sa tombe Si tu vois un beau jour y flotter comme une ombre Ne cherche pas longtemps quelle est cette palombe Qui doucement se pose sur le froid marbre sombre.   C’est l’âme inconsolable de celui qui est parti Mourir loin de sa belle avant de lui avoir dit Tout l’amour qu’il avait pour sa bouche jolie Elle a dépéri, car elle l’aimait aussi.   Il a cru qu’ils avaient une vie devant eux Se croyant immortel, et qu’ils seraient heureux Quand il aurait... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2016

Le vrai trésor

  Le vrai trésor  Comme une voile blanche vole son calicot Qui dévoile par instants quelques carrés de peau Ces éclairs de chair claire, à peine entrevus  Réveillent dans mon corps, des ondes bienvenues. Veillez donc à garder bien cachés ces trésors N'en laissez percevoir que des bribes encore Qu'on puisse dans nos rêves imaginer alors Ce que l'on gagnera à mériter ce corps. Car le chemin du corps devrait être d'abord Celui de votre cœur qu'avec quelques efforts  On atteindra peut-être avec... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]