image

 

Feu d'artifices
Dans la plaine lentement les couleurs s'estompaient
Les premières guirlandes de lumière s'allumaient
Dessinant les villages et leurs rues éclairées 
Les crêtes des montagnes sur le ciel s'ombrageaient.
La lune brillait fort dans son premier quartier
Les premières étoiles à côté pâlissaient
On voyait bien encore des nuages traîner
Mais c'est pourtant la nuit qui partout s'installait.
Nous étions tous blottis sur le haut du calvaire
Dans le froid et le vent de ce 13 juillet
Tandis que sur la côte les touristes grillaient
Nous étions tous là-haut couverts de nos polaires.
Nous étions impatients de voir l'obscurité
Prendre bien possession de la nuit étoilée
Pour voir enfin jaillir les premières fusées
De ce feu d'artifice, ce froid soir de juillet.
Le tir fut par lui même quelque peu décevant 
Pas d'imagination, sans même de musique
Mais sur fond de Cerdagne c'était pourtant magique
Dans l'écrin des montagnes et le souffle du vent.
Combien il soulignait que le plus beau spectacle
N'était pas ces pétards aux couleurs improbables
Mais bien ce paysage offert comme un miracle
À nos yeux éblouis en cadeau admirable.
Pierre Boutet
cambredaze.canalblog.com