08 juillet 2016

Du fond des âges

  Du fond des âges  Ce matin au lever j'ai vu sur la montagne Une lumière douce inonder la Cerdagne La pluie avait lavé à fond les paysages Et tout m'apparaissait comme neuf et sans âge. Les feuillages étaient, comme peints au pinceau Ou jaillis d'un tableau du bon douanier Rousseau Le ciel semblait trop bleu pour vouloir des nuages Les fleurs trop maquillées pour montrer leur visage. Je me frottais les yeux et ne pouvait y croire Tant j'avais l'impression d'une terre sauvage Revenue si intacte à moi... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2016

A deux

  A deux S'il faut pour que tu m'aimes, me jeter à tes pieds Je ne veux sur ce thème construire vie à deux S'il faut pour tes faveurs, ainsi me rabaisser Je n'accepte cette voie, tu devras trouver mieux. Je ne crois pas aux couples où l'un y fait la loi Et monnaye l'affection, qu'il met sous conditions Je ne veux d'un amour, par trop à sens unique Que l'un vivrait trop fort, et l'autre trop pratique. J'aimerai dans tes yeux, voir même admiration Qu'il y a dans les miens, qui sont en dévotion  J'aimerai... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2016

Chamallows

  Fantasmes La queue d'un léopard me chatouille le nez La trompe d'un éléphant me caresse le dos Le grand bec d'un toucan peut parfois me gêner  Mais l'aile d'un flamant évente mon repos. Une colonie de puces habitent mon frigo Quelques cigales grises y pompent du coco Un paresseux se traîne là-bas sur le lino Et le soleil réchauffe la moelle de mes os. Ma natte est tressée dans du poil de chameaux  Ma table est sculptée dans du bois de bouleaux  Mon toit est recouvert d'herbes et de copeaux ... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2016

Auprès de ma pendule

  Auprès de ma pendule Cela fait bien longtemps que je me suis assis Auprès de la pendule dans ce bruit de tic-tac J'y ai placé un jour, un très simple hamac Fasciné par ces sons venant de son châssis. Ma tête dodeline, au rythme régulier Que suivent ses aiguilles, sans jamais se tromper J'aime le prévisible de tous ces jours qui passent Quand rien sur le cadran, ne change ou ne casse. Les heures s'y écoulent en lente litanie Leur avance sans faille est même rassurante Pas de saute d'humeur, ni de grain de... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]