image

Carême 
Elle m'a envahit, elle m'a submergé 
Oh la troublante idée d'une vie de carême 
A force d'abstinence on peut voir émerger
De la gangue des jours le plus beau des poèmes.
Quand le corps est privé, l'esprit est libéré 
De ces nécessités où il est enchaîné
On peut rassasier ses désirs d'absolu
Quand les désirs de chair se sont enfin perdus.
Je m'y suis promené dans ces voies sans issue
Certains bien je le sais, n'en sont pas revenus
Il faut une âme forte bien plus que je ne l'ai
Pour pas fermer la porte et tout là-bas rester.
Alors je me contente de jeunes raisonnables
Qui ne m'éloignent pas, trop loin de cette table
Où la vie nous propose quelques plats délectables
Dont quelquefois le goût demeure inoubliable.
Je l'ai donc repoussée cette fascination
Qu'on a pour les ascètes qui en sont les champions
Qui eux ont bien su faire de toute privation 
Le chemin nécessaire à leur élévation.
Pierre Boutet
Tous droits réservés