image

Les contes de fées 
Une chose après l'autre c'est comme ça qu'on dit
Dans la réalité c'est pas ça que l'on fait
Tu dois suivre un chemin sans étape brûler 
Mais ça c'est bien un choix dans les contes de fées.
Ma vie est anarchique elle obéit aux vents
Elle suit les courants que lui souffle le temps
Mes choix ne sont dictés que par mes vingt printemps
Je veux voler ainsi au gré de mes penchants.
Les voies qui s'offrent à moi sont toutes bien tentantes
Les unes sont attirantes, les autres envoûtantes 
Comment saurais je donc lesquelles emprunter
Si je ne m'efforce pas de toutes les essayer.
Une chose après l'autre c'est comme ça qu'on dit
Dans la réalité c'est pas ça que l'on fait
Tu dois suivre un chemin sans étape brûler 
Mais ça c'est bien un choix dans les contes de fées.
C'est à la quarantaine qu'on cesse ces fredaines
On a déjà grillé beaucoup de ses vaisseaux
Ceux qui restent encore et ne prennent pas l'eau
On s'accroche à eux comme à sa bedaine.
C'est la triste période de ces choix responsables
Que l'on doit alors prendre pour n'être pas coupables
Où il est des personnes qui dépendent de vous
Et où vous n'êtes plus tout seul, plus du tout.
Une chose après l'autre c'est comme ça qu'on dit
Dans la réalité c'est pas ça que l'on fait
Tu dois suivre un chemin sans étape brûler 
Mais ça c'est bien un choix dans les contes de fées.
C'est à la soixantaine que l'on fait le bilan
Qu'on regarde derrière le passage des ans
Que l'on voit clairement les chemins qu'on a pris
Qu'on comprend seulement les erreurs de sa vie.
De tous ces chemins et de toutes ces routes
De tous ces carrefours chacun nourri de doutes
De ce beau labyrinthe qu'est de fait notre vie
C'est seulement alors qu'on en voit les sorties.
Une chose après l'autre c'est comme ça qu'on dit
Dans la réalité c'est pas ça que l'on fait
Tu dois suivre un chemin sans étape brûler 
Mais ça c'est bien un choix dans les contes de fées.
Pierre Boutet