13 juin 2016

Où es-tu ?

Où es-tu ? Mon enfance où es tu, t'aurais-je donc perdue ? Et l'enfant que j'étais, où s'est-il donc caché ? La magie envolée de mes rêves d'alors Quand la réalité s'impose et nous mord. Mes jeux si innocents dans ces matins d'antan Quand nous courions tout nu, et plongions dans l'étang Où êtes-vous enfuis mes amitiés d'enfant Quand nous nous embrassions si fort et en riant ? Quand vient l'âge adulte et tous ses interdits Quand nous sommes rattrapés par cette société Quand tout n'est que devoirs,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2016

A la recherche des cœurs perdus

A la recherche des cœurs perdus... J'ai longtemps dérivé, sur de lointains rivages J'ai laissé déraper mon cœur en maints passages Je tatouais alors mon corps et mon visage Sans doute pour cacher ma détresse et ma rage. J'ai pendant bien des lustres erré de par le monde Oublié par des siècles d'une histoire de sang Dans des pays omis par les cartes et les ondes Où paraît-il encore vivent des innocents. J'ai oublié les règles des civilisations J'étais là où ne règne aucune conversation Où les choses qui comptent se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2016

Passe droit

Passe droit Pour la beauté du geste que ne ferait-on pas Même si pourtant du reste on n'y adhère pas Est ce par conviction que l'on fait ce qu'on fait Ou pour l'admiration que l'on peut vous porter. Combien sont parmi nous ceux qui peuvent affirmer Qu'il n'ont jamais cédé à un geste facile Parce qu'au demeurant se sentaient imbéciles  S'ils n'avaient pas saisi l'occasion de frimer. Combien ont refusé à des gens suppliants D'accorder une faveur en restant innocent De faire un passe-droit à un proche, un parent... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2016

Le tambour du roi

Le tambour du roi Le ciel était voilé par des nuages d'encre Pas d'oiseaux pour voler, pas un souffle de vent Le temps est suspendu, à la bouche un goût âcre  Je me souviens du jour et j'y pense souvent. Une silhouette floue vient au bout du chemin C'est celle d'un cavalier surgi dans le lointain Le pas de la monture est tranquille et lourd Du cavalier l'allure est celle d'un tambour. Le voilà qui s'arrête et qui marque le pas Devant l'entrée de la ferme comme s'il hésitait Puis il met pied à terre, et la... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]