image

Un appel

 

Une voix qui alerte et qui trouble la quiétude

Dans laquelle on baigne à force d’habitude

Un cri ou une plainte que l’on veut oublier

Un bruit qui nous perturbe qu’on préfère ignorer.

 

Et moi je les entends ces cris qui me parviennent

Je ne peux supporter depuis que je fus père

Les appels au secours et ce d’où qu’ils me viennent

Qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un homme, mon frère

 

Quelque chose en moi vibre à cette détresse

Celle qu’un appel à l’aide évoque et qui me blesse

Je ne suis pas inscrit aux abonnés absents

Je n’ai pas carapace, sourde au cris des souffrants.

 

Je ne suis pas meilleur qu’un autre pour autant

Il m’arrive trop souvent d’être en fait impuissant

Mais aussi très souvent par un geste, un sourire

Une offrande modeste, quelques mots ou un rire

 

Partager quelque chose serait ce un moment

Avec quelqu’un qui souffre, ou simplement attend

D’être aux yeux des autres autre chose qu’un mendiant

Etre quelqu’un qui compte et aussi qu’on entend.

 

Ca change pas le monde, il en est inconscient

Ca coûte pas grand chose seulement un instant

C’est peut être hypocrite et lâche par moment

Mais c’est bien mieux que rien ou qu’être indifférent.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés