01 juin 2016

En train

En train C'est un doux bercement dans lequel je m'égare. Dans ce balancement du wagon sur ces rails Je me suis assoupi voilà donc que je baille Le sommeil m'a saisi sans que j'y prenne garde. Tout au long du couloir les têtes qui oscillent Les autres voyageurs qui comme moi vacillent On n'entend dans la rame que le souffle du train Et le choc des cahots qu'il trouve en chemin. Quelques journaux froissés quand sont tournées les pages Discrets toussotements des gorges qu'on dégage Et quelques voyageurs qui... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2016

Esclave

Esclave Les coups durs sur ta peau, la douleur c'est ton lot Car tu es à leurs yeux comme les animaux Si tu n'obéis pas alors on te battra C'est pas plus compliqué ça ne fait pas débat. Tu ne protestes plus, tu sais cela est vain Tes cris n'y pourraient rien, ta parole est muette Il faut enfouir profond pour survivre demain Sa colère, sa haine et puis baisser la tête. Tu gardes en ton cœur le souvenir vivace Des savanes africaines où tu faisais la chasse Au grand lion dont la mort fera place au guerrier Tu... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

Patatras !

Patatras ! On a le regard clair, on regarde c'est beau Soudain la vue se brouille comme Un écran plein d'eau Avant un paysage si riches en détails Après comme un passage où règne une pagaille. Poussière dans l'oeil, pas bon ménage Plus qu'une hâte,qu'vite elle dégage. Le Projet se déroule tout va bien et ça  roule Soudain voila qu'il grippe, que ça y est il coule Avant tous les espoirs vont se réaliser Apres le désespoir qui s'est bien installé. Le grain de sable dans la machine On voudrait bien qu'il se... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

Mercenaire

Mercenaire Oublieux des principes qui ont bâtit sa vie Soudain homme sans mémoire et aussi sans passé  Il comme amnésique de sa propre histoire Il est tout à présent comme un nouveau né. Il a tout effacé de ses anciennes traces Il n'a d'identité qu'une vague légende Il se ment à lui même, il se peut qu'il se vende Il n'y a plus de règles, dans ce monde où il passe. Jadis il a sans doute obéi à des lois Il a comme chacun surveillé tous ses pas Mais ça c'est bien fini, désormais il ne ploie Sous aucune morale... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

Loin...

Loin Tu es partie il y a des mois à l'autre bout du monde Depuis je ne puis vivre sans toi une seconde Tu as quitté ma vie et ma peine est profonde Reviens je t'en supplie reprenons notre ronde. De toi j'ai des nouvelles à travers un écran  Qui nous donne chaque jour occasion de nous voir Mais tu es immatérielle, par trop évanescente  Je voudrais te serrer contre moi chaque soir. L'amour peut se nourrir pour un temps de beaux rêves Mais à seulement espérer, il arrive qu'on en crève  Les belles... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

Cornues et parchemins

  Cornues et parchemins Dans le halo doré tombé du candélabre Le calme qui se fait aux alentours de l'âtre  Les pages du parchemin ouvert dessus la table Frémissent à la chaleur de leurs souffles instables. Voyez ce crâne chauve courbé sur ces écrits Sa peau à la couleur de ce très vieux grimoire Ses doigts y sont posés comme s'ils étaient épris De toutes les formules dont il garde mémoire. Voyez ces alambics et ces curieux flacons Voyez ces minéraux, ces drôles de cocons  Ces liquides ambrés... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2016

Mauvaise rencontre

Mauvaise rencontre Me diras tu petit où tu vas de ce pas Tu as l'air bien pressé et il se fait si tard La ville n'est pas sûre quand tombe ainsi le soir Tu devrais regagner ton logis mon gaillard. Monsieur laissez moi donc ça vous regarde pas Si je dois me hâter ça vous concerne pas Je suis bien assez grand pour avoir soin de moi Il n'y a pas de danger je suis bientôt chez moi. Excuse moi petit mais je ne savais pas Je craignais que tu sois dans un grand embarras Si j'ai voulu t'aider alors pardonne moi Je me... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]