image

Sans freins
 
Les jours de grande liesse où il y a kermesse
Voyez comme se pressent les couples impatients
Que de frotter leurs peaux parmi foule de gens
La musique si forte quand les danses ne cessent.
 
Au milieu des flonflons combien d’amours se font
Dans la ronde des manèges, combien qui se défont
Les jours de carnaval les règles sont en goguette
Et les cœurs sont ouverts à cet amour qui guette.
 
Quand trop longtemps les corps y sont resté contraints
Quand tous les jours les gestes doivent rester d’airain
La chair parfois déborde d’une énergie sans freins
Il faut lâcher la bride, laisser courir les chiens.
 
Les regards qui s’attirent, les sourires complices
Il n’en faut guère plus pour qu’alors ils se tissent
Ces liens qui font du bien quelquefois pour la vie
Qui valent mieux aussi qu’arrangements subis.
 
Alors faites la fête, célébrez la folie
Qu’elle prenne le pas sur la fatalité
Sur ces sombres journées que sont souvent nos vies
Si n’y brillent jamais quelques instants de gaieté.
 
Déguisements de carnaval
qui ne sont pas faits que de masques
Ceux que l’on porte à ce bal
N’en sont alors que plus fantasques.
 
Toute la vie nous portons masques
Bonne figure avons appris
A faire chaque jour qui passe
Pour bien cacher nos vrais soucis.
 
Pierre Boutet
Tous droits reserves