image

Enfer
Cela fait bien des ans que je n'ai vu personne
Tout seul dans la maison de ce quartier lointain
Pas même un bonjour, un coup de téléphone
C'est seul son mon écran que je vois des humains.
Mes amis sont tous morts ou bien trop éloignés
De parents n'en ait point, mes enfants ont grandi
J'ai eu quelques années leur mère pour compagnie
Elle aussi est partie bien qu'on l'ait bien soignée.
Plus personne ne vient même pas le facteur
Je pourrai être mort, qui pourrait donc le voir
Je redoute très fort quand vient le soir, le noir
J'ai tant de choses à dire avant que ce soit l'heure.
Car j'ai eu une vie sortant de l'ordinaire
Ceux qui m'ont bien connu pourraient en témoigner
Quoique pour certains ce fut brève rencontre
Le temps que je leur mette menottes aux poignets.
J'étais dans la police un puissant commissaire
J'impressionnais autant les malfrats que les pairs
Ils avaient tous qu'ils sont trop à se reprocher
Pour ne pas devant moi un petit peu trembler.
Je croyais que j'avais aussi quelques amis
Mais ceux là n'étaient là que par peur ou envie
Quand je du un beau jour quitter cet uniforme
J'ai vite vu partir autour de moi les hommes.
Hier j'avais une cour confite en prévenances
Qui me disait bonjour d'un air plein de confiance
Mais elle se délita du jour au lendemain
Aussi vite que la vague efface nos chemins.
Alors moi j'écris tout dans un petit carnet
J'y transcris méthodiques petits et grands secrets
Toutes ces vilenies que j'ai enregistrées
Et dont devront répondre ceux qui m'ont délaissé.
Mais le temps a passé et je suis toujours là 
Je dois être le dernier des gens de ce temps là 
Et je suis toujours seul au fond de mon quartier
Et je suis en enfer pour toute éternité.
Pierre BOUTET
Tous droits reserves