image

L'inconnue 
Quand je l'ai revue, cette belle inconnue
Alors je n'ai plus cru à simple coïncidence
Toute en retenue et bien sûr en silence
Elle est revenue jusque dedans ma rue.
Je suis à ma fenêtre, j'observe son manège
Il se peut que peut-être, ce ne soit pas un piège 
Alors que tout son être est un vrai sortilège 
Ne pas la voir paraître, ce serait sacrilège.
Quand je l'ai écoutée, cette belle ingénue
Alors j'ai succombé au charme de sa voix
Toute en velouté et trémolos je crois
Elle a enchanté le peuple de ma rue.
Je suis à mon balcon, j'écoute son numéro
Je suis un vieux barbon, je me paye de mots
Je me fais donc raison, je lui envoie un bécot
Je m'élance à raison et je lui crie bravo !
Quand je l'ai soutenue, la belle de ma rue
Tout de suite elle m'a plu, par sa seule présence
Alors elle est venue, enfin finie l'absence
A pris mon corps chenu, et c'était moi l'intrus.
Je suis dedans la chambre, je caresse sa peau
Nous sommes en décembre et dehors il fait beau
Demain je serai cendres, l'oubli sera mon lot
Ce jour je veux le prendre, comme un dernier cadeau.
Pierre BOUTET
Tous droits reserves