image

Une vie de rêves
J'ai vu hier le dernier modèle de respirateur intégré
Dans cette usine à oxygène, on n'arrête pas le progrès 
Il est possible maintenant d'aller, dehors presque plus de deux heures
De quitter le hall de survie, sans que trop vite tu ne meures.
J'ai même rencontré là bas, une fille encore plus âgée 
Que la mère de l'ami Julien, qui a pourtant presque trente années 
Elle disait avoir connu, lorsqu'elle était encore enfant
Un vieil homme qui disait, avoir vécu dans l'air ambiant.
Il prétendait qu'en ce temps là, la terre était un paradis
Qu'on y vivait presque tout nu, entouré d'animaux, de plantes
Il devait être fou je pense puisque il lui a aussi dit
Qu'il y avait des milliards d'hommes, et là moi je crois qu'il plaisante.
Comment sur ce caillou aride, où nous vivons dès à présent
Aurait on pu y faire vivre, en aussi grand nombre des gens
On sait bien que nous sommes tous, victimes de ce triste sort
Qui a vu notre vaisseau de l'espace, s'écraser sur cet astre mort.
Nous venons bien d'une planète, luxuriante et pleine de vies
On nous en a montré des images, je crois que j'ai pleuré d'envie
Comment pourrais je alors croire, que là où nous sommes aujourd'hui 
Ça puisse ressembler jadis, à ces images de paradis ?
Mais cessons donc ces jérémiades, il est je crois temps de rentrer
C'est une bonne soupe d'algues, que maman aura préparée 
Comme nous avons été bien sages, elle aura peut être ajouté 
Quelques uns de ces vers des sables, que j'aime tant à grignoter.
Pierre BOUTET
Tous droits reserves