image

Amorphe
 
Vois l’oiseau sur sa branche comme il est aux aguets
A peine il est posé et prêt à s’envoler
Sans cesse menacé, toujours bien éveillé
Attentif aux dangers et toujours agité.
 
Vois le poisson dans l’eau en mouvements sans cesse
A moins que bien caché ne le voir il ne laisse
Sait il que lorsqu’il chasse, il est aussi chassé
Sait-il qu’il est la proie, comme il est le danger.
 
Vois le renard tapi là, prêt à sauter
Il guette le mulot sorti de son terrier
Ce faisant il ne voit le rapace plonger
Toutes serres tendues prêt à le terrasser.
 
Vois l’homme tour à tour esclave et négrier
Ne peut-il s’empêcher de ses frères opprimer
Il n’a pas pour excuse d’accabler son engeance
Pour pouvoir chaque jour sauver son existence.
 
Son plus grand ennemi se trouve être lui même
Depuis que devenu seul roi dans son domaine
Tout ce qui le menace il a lui même créé
Tout ce dont à présent le voilà qu’il s’effraie.
 
Vois cet homme génial doté de tant d’atouts
Prisonnier de ses sens le voilà prêt à tout
Pour pouvoir satisfaire ses moins nobles désirs
Et choisir sans faillir la politique du pire.
 
Vois l’homme sur la terre comme il reste amorphe
Bien conscient des dangers, mais toujours incrédule
Il ne sait bien agir qu’en cas de catastrophes
Mais à les prévenir, sans cesse il recule.
 
Pierre Boutet