image

Intrus
Le temps semble immobile au profond du désert
Où les sables et les roches si lentement s'érodent
Où les jours se succèdent sans que rien ne s'y passe
Que la course du soleil au dessus dans l'espace.
Dans le noir des abysses où jaillissent des sources
Depuis la nuit des temps des flots de lave y sourdent
Les milles fumerolles qui s'élèvent comme cierges
Rien ne vient les troubler tant le temps y est vierge.
Au sommet des montagnes où règnent des glaciers
Où les vents et les pluies font éclater les roches
Sont les seuls éléments qui ces hauteurs approchent
Il faut des millénaires pour les choses y changer.
Dans les forêts profondes humides et ombreuses
Où la vie qui y grouille est toujours si nombreuse
Où les cycles éternels de la vie de la mort
De toute éternité jouent un jeu sans remords.
Le temps n'est immobile depuis qu'un mauvais sort
A fait cadeau au monde d'un être étrange et fort
Qui change tout partout et y répand la mort
Alors que tout lui dit qu'à le faire il a tort.
La course s'accélère car tout est fait dès lors 
Pour chasser cet intrus, pour le mettre dehors
Pour rendre à la nature son éternel décor
Pour gommer les blessures qu'elle doit à ses efforts.
Pierre BOUTET
Tous droits reserves