11 avril 2016

Camarades

Camarades Je les ai tous semés tout au long de ma route Tels de petits cailloux tombés de quelque poche J'en ai si peu gardés, car pour casser ma croûte Partir il me fallait, ne pouvais rester proche. Mes camarades Loin des yeux, c'est le cœur qui peine à conserver Vivaces et présents les souvenirs communs Quand ne restent à partager que les moments d'hier Que n'alimente plus les instants où se croisent Mes camarades Certains font bien l'effort quelques années encore De venir par chez moi ou bien de m'inviter... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2016

Les violons se sont tus

  Les violons se sont tus Les violons se sont tus, les roses sont fanées  Les lustres sont éteints, l'orchestre ne joue plus  Et la salle de bal ne brille plus non plus De ces mille éclats, qu'on ne voit plus jamais. Me direz vous pourquoi dans vos yeux est absente Cette petite flamme que j'y voyais toujours Qui donnait à vos traits cet air d'avoir toujours Sur la vie et les choses le regard de l'amour. Les violons se sont tus, les roses sont fanées  Les lustres sont éteints, l'orchestre ne... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2016

Aiguillages

  Aiguillages Un jour vient après l'autre sans qu'on y prenne garde On se laisse entraîner dans la course immuable La vie est si pressante qu'il est bien assez rare Que l'on pose question sur nos pas dans le sable. On est si absorbé par le où, le comment  Par les gestes imposés par nos propres survies Par réponses à donner aux problèmes urgents Que l'on oublie souvent d'interroger nos vies. Pourquoi on fait tout ça, est ce par habitude Sommes nous sur des rails dans notre solitude N'avons nous d'autre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2016

Paternel

  Paternel Tu paraissais si grand à l'enfant que j'étais Tu étais si puissant dans ce que tu faisais Qu'il s'agisse de bâtir quelque chose de tes mains Ou d'écrire des textes que tu lirais demain. Tu n'étais pas bavard, tu étais un peu absent Retiré dans ta tour, aux repas tu descends Mais là on écoutait les échanges animés  Que la maman et toi, aimiez à dérouler. Professeurs tous les deux vous nous avez transmis Cet amour de la langue, on s'en est pas remis Baigné de ces beaux textes ou de vraies... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]