image

Le cerisier
Te souviens tu Marie du cerisier sauvage
De ses branches chargées de beaux fruits rutilants
Nous jouions à ses pieds à des jeux innocents
Que les petits enfants inventent à ces âges.
Rappelle toi Marie, nous montions dans les branches 
Pour y cueillir ravis ces rubis si tentants
On s'en gavait au point que nos estomacs flanchent
Au repas nous rions sous les yeux des parents.
Et souviens toi Marie sur son tronc nous gravions
Dans un cœur maladroit nos timides initiales
Là nous échangions nos premiers baisers chastes
Et d'éternels serments alors nous prononcions.
Au pied du cerisier j'ai demandé ta main
Quand un genou en terre avec la peur au cœur
J'ai ouvert le chemin qui mène au bonheur
Tu as ri aux éclats, je répondrai demain.
Je me souviens pourtant de cette pluie de fleurs
Que la brise de printemps faisait tomber sur nous
Tout semblait réuni pour faire vibrer nos cœurs
Hélas tu n'étais pas à l'unisson du tout.
Tu trouveras ces mots au pied du cerisier
J'ai choisi une branche où tu aimais t'asseoir
J'y ai placé la corde, et à mon cou ce soir
Devant le cœur gravé, je me suis balancé.
Pierre BOUTET
Tous droits reserves