29 février 2016

Nostalgie

Nostalgie J'entends les ritournelles sur musique de vielles De ces bals populaires sur ces tableaux d'antan J'admire les folles danses des foules sous le ciel A la lueur des feux qui brûlent à la St Jean Ces tables de banquets, ces trognes illuminées  La joie de vivre émane de ces scènes figées  Sur des plaines enneigées, glissent traîneaux tirés  Et mille patineurs sur des mares glacées. Peintures à la mémoire des coutumes passées  De ces fêtes paysannes quand la joie y régnait  Nostalgie... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 février 2016

Rapaces

Rapaces À voir planer, majestueux, comme en suspens Évoluant gracieux, là haut, dans les courants Un rapace guettant les ailes déployées  D'un regard acéré, des proies au sol collées, Qui n'a rêver d'avoir, d'en haut tout comme lui Sur le monde d'en bas la vision des petits Qui s'agitent en vain chaque jour que dieu fait Sans souci de demain, ce qu'ils vont récolter. Certains se voient ainsi, au dessus du commun D'avoir ce beau recul sur le malheur humain Avoir hors d'atteinte le bel avantage De juger... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 février 2016

Pigeon

Pigeon    Vois cet homme il est brisé  Bien qu'il s'échine, il est ruiné  Il a misé, aventurier Sur des valeurs sans intérêts  Pigeon promis à être plumé Par des filous sans vergogne Et le voilà, bien qu'il besogne Sans un radis, dépossédé. Combien ont cru aux mirages Aux miroirs aux alouettes Et rêvant de pourcentages Ont récolté des cacahuètes. Ils sont légion comme cet homme Bernés car trop bonne pomme Par des escrocs bien habiles Monsieur vous faites pas de bile ! Vois cet... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 février 2016

Errare humanum est...

L'erreur est humaine, mais y persévérer est diabolique... Nous en sommes revenus aux querelles stériles Au spectacle affligeant des hommes qui se déchirent Pour la quête d'un pouvoir, en manœuvres habiles Une fois arrivés ils oublieront leurs dires. Et pendant tout ce temps la planète se meurt Oubliés les accords, et oubliées nos peurs Le train qui continue sa course vers l'enfer Derrière le décor, on ne voit plus l'envers. Le nez dans le guidon des drames à court terme Les hommes continuent leur pantomime... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]