03 février 2016

Opposés

Opposés Souvent j’en fait l’éloge, sans en être un modèleElle est exigeante par tout ce qu’elle demandeOn y fait référence quand certains l’interpellentNe pouvant supporter plus longtemps que d’attendre. Souvent on investit à coup de grosses misesDans un projet complexe ou alors ambitieuxOn sait qu’il faut attendre mois ou années au mieuxAvant de récolter les fruits de l’entreprise. On dit que le plaisir est souvent à mesureDu temps que l’on attend à calmer son désirQue la tension qui monte, alors et à coup sûrDécuple les... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2016

Quand elle s'eloigne

Quand elle s’éloigne Parfois quand elle s’éloigne, j’ai comme un vague à l’âmeComme si l’élastique qui unit nos deux cœursSe distendait soudain, menacé de se romprePar quelque coup du sort qui me rendrait bien sombre. Cela est anodin que de se séparer Pour quelques brefs moments, par la nécessitéChacun a bien sa vie, ne peut rester collerA l’autre sans arrêt comme moule à son rocher. Mais quand elle s’éloigne, j’ai comme un vague à l’âmeComme si on rognait avec une fine lameLe lien qui reliait pourtant si fort nos cœursNotre... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2016

Au bord de l'eau

Au bord de l’eau Sur les berges du fleuve, là où l’eau est tranquilleLoin des courants du lit, dans les remous paisiblesOndulent paresseuses, quelques truites gourmandesGuettant très patiemment les insectes imprudents. Des herbes accompagnent ces mouvements de l’ondeElles tissent ensemble, des voiles un peu brouillonnesTandis que les rayons d’un pâle soleil d’automneFont miroiter la scène dans cette eau peu profonde. Sans bruit je suis assis, une brise rafraîchitLe bord de la rivière, agitant les grands saulesLeurs branches... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2016

Refugies

    Réfugiés On sonne à la porte un beau matin d'octobre J'ouvre et je vois un homme alors que la nuit tombe Sa tête est baissée il est un peu courbé Il se tient là tremblant, dans un manteau râpé. Il lève son visage, ses yeux clairs délavés  Me fixent implorant et il dit aidez moi S'il vous plaît aidez moi, ma famille et moi Nous sommes si perdus, on en a tant bavé. Ce soir il fait très froid, on ne sait où aller J'ai deux enfants petits qui sont frigorifiés, Pourriez vous nous aider, monsieur,... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]