Ébats
Et vous a-t-on conté les amours légendaires 
D'Esmee et Adonis, aussi beaux que des dieux
Qui dans les temps enfouis sous milliers de légendes
Ont défrayé les moeurs à un point qu'il faut taire.
Leurs amours débridées réveillaient des passions 
Qu'on aurait préféré voir masquées par les ombres
Au vu au su de tous ils prenaient positions
Qui d'habitude se nouent plutôt dans la pénombre.
Était ce la beauté de ces corps si parfaits
Qui déclenchait ainsi la colère des jaloux
Ils étaient si altiers et se montraient si doux
Pour eux s'aimer ainsi ce n'était pas pêcher.
Leur splendide innocence irritait tant les gens
Que bientôt parmi eux, bien sûr les plus puissants
Déclarèrent maudites des pratiques si crues
Qu'il ne fallait certes pas exercer dans les rues.
A compter de ce jour, les amants se cachèrent
Et jusques à nos jours cela devint problème
Qui posera question même si c'est blasphème
De cette interdiction à nature contraire.
L'homme est sur terre je crois, le seul être ici bas
À les considérer, comme pratiques honteuses
Regardez bien autour, toutes les autres espèces
Elles sont plutôt fières d'exhiber leurs ébats.

 

Pierre BOUTET

Tous droits réservés

image