25 janvier 2016

Petit salaud, pauvre cocu

Petit salaud, pauvre cocu Tu voudrais bien qu’elle te retienne, qu’elle crie, qu’elle supplieMais voilà qu’elle se tient tranquille et qu’elle souritA quoi t’attendais tu, quand tu lui a apprisQue votre couple uni, il était bien fini. Tu craignais qu’elle souffre, tu es presque déçuTu te disais je pense qu’après avoir vécuTous les deux tant d’années sans même vous séparerElle serait effondrée quand tu vas la quitter. Tu n’as pas vu les signes qui pouvaient t’alerterTout à tes aventures, à les dissimulerTu n’as vu sa jeunesse... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2016

Apparences

Apparences Regardez bien cet homme, et son air d'innocenceIl semble si tranquille, son calme est évidentOn lui donnerait bien et en toute confianceMême nos chers bambins à garder un instant. Vous seriez bien surpris sur cet homme honorableDe savoir tous les crimes dont il était capableDerrière la surface, sous toute cette frimeBout un esprit malin auteur de bien des crimes. Voyez ce triste sire, il affiche sur lui Une cruauté terrible, on le voit et on fuitComme il est mal fringué et peut être un peu saleOn s'éloigne de lui car... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

Absurdité

Absurdie Ils sont sagement assis du moins ceux qui le peuventLeurs têtes sont penchées sur des écrans diversOu leurs yeux sont perdus vers des visions à euxLes autres sont debout et ils sont innombrablesSerres comme sardines ils paraissent si semblablesEt attendent patients pensant à des ailleursLa sonnerie d'arrêt qui ouvre la délivranceEt alors libérés les voilà qui s'elancent Comme en foules serrées dans les couloirs si longsIls se croisent par milliers sans jamais un sourireIls sont tous isolés dans leurs propres histoiresIls... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

Maelström

Maelström Voyez vous ce bonhomme couché sur le trottoirAu milieu des bouteilles et des vieux matelasLa barbe broussailleuse, les cheveux un peu salesOn a pitié de lui, il fait peine à voir. Je m'en vais vous conter de l'homme la triste histoireIl n'y a pas si longtemps il était plus martialIl était en costume, un cadre commercialComme vous en voyez, chaque jour qui s'affairent. Dans sa boîte il avait image de gagnantC'était un vrai battant, très chanceux en contratsIl avait une femme, de bien jolis enfantsUne maison superbe dans un... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

J'ai mal

J'ai mal J'ai mal partout, de la plante des pieds à la racine du couLes douleurs me lancinent, leurs pointes sont assassinesJe ne connais répit ni le jour, ni la nuitElles me creusent le derme, elles me font tousser. J'ai mal partout, On s'en prend à mon eau, on fore sur mon dosOn veut m'empoisonner avec mes propres humeursS'en prendre aux petites bêtes qui grouillent sur ma peauDe mon joli berceau on veut faire un désert. J'ai mal partoutJe dois me secouer et je dois réagirEnvoyer quelques signes peut être faire peurQu'on arrête... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

Le chant des sirenes

Le chant des sirènes Qui n'a pas un jour cédé à tentations de tricheQui n'a cru aux miracles de guérir de ses mauxQui d'espoir n'a nourri de devenir très richePar la grâce de numéros jaillis d'un beau chapeau Devant la vie qui va et devant le cortègeDe ses difficultés et de ses mauvais pièges On se prend à rêver à des réponses facilesDevant ces beaux mirages, tous nous battons des cils. C'est le chant des sirènes pour pauvres matelotsSans pitié nous entraîne au plus profond des flotsSi nous en ressortons, c'est pour mieux y... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2016

Bain de soleil

Bain de soleil La chaleur des rayons réchauffe mes vieux osJe resterais bien là, à me dorer la peauTout mon corps est content de ces douces caressesQuand les doigts du soleil prolongent ma paresse. Je m'étire alors cherchant la chaude source Mes membres et mes sens s'y tendent tout entierQu'y a-t-il de meilleur sans décrocher sa bourseQu'un bon bain de soleil, de cet astre altier. Le repos se prolonge, le sommeil me saisitJe passe alors à l'ombre, de peur d'être rougiC'est alors que je sombre dans des rêves paisiblesJe ressens ce... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

Serpents

Serpents Il était une fois, dans un chaos rocheuxEn haut d'une montagne, perché tout près des cieuxUn peuple de serpents qui dorait ses écaillesSur les rochers chauffés sous un soleil de paille. Une famille serpent vivait là, tout là haut Loin de tous les villages, nourris de mille mulotsAuteurs des mottes légères qui parsemaient la placeY faisaient le grand jeu dont elles formaient les pièces. À part quelques rapaces planant au dessus d'euxNe connaissait menaces, savait les déjouerEn dehors de la chasse, elle pouvait paresserElle... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

La corne de brume

La corne de brume Une larme à tes yeuxComme une perle amèreUn bijou éphémèreTu me fais tes adieux Mon chagrin je réprimeUne orange sanguineL'amour à ses racinesEt toi tu m'assassines. Une vie qui basculeVenin de tarentuleHier tu dis je t'adulesVoilà que tu bouscules J'entends le cerf qui brameLe bruit fort de l'alarmeIl n'y aura pas de drameUne décision de femme Des lumières s'allumentEntend la corne de brumede l'air frais que je humeIl n'y en a pas qu'une. Pierre BOUTET Tous droits reserves 
Posté par Pierre Boutet à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2016

Le mont

Le mont Je vis au pied d'un mont étrange et magnifiquePas de comparaisons il est vraiment uniqueJe décris à raison ses caractéristiquesLà depuis ma maison où j'ai posé mes cliques. Au centre est un cratère, comme un demi volcanIl forme une mâchoire, celle d'un vieux géantSes côtés, symétrie, forment des monticulesQui ressemblent ma foi à ses deux mandibules. Ses dents forment au centre une arête tranchanteQui impose à tous une marche prudenteDe son sommet on voit de la France à L'EspagneOn y reste à grand peine, les bourrasques... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]