Le beau pays

Il est un beau pays, un pays de conquête
Il y a longtemps déjà j'y suis parti en quête
De l'amour d'une vie, d'une femme de cœur
Celle qui j'en suis sûr devait faire mon bonheur.

J'ai suivi les méandres de la carte du tendre
J'avoue bien trop pressé pour seulement attendre
J'y ai fait des rencontres, trouvé un cœur à prendre
Mais cet amour trop vif n'a laissé que des cendres.

Lors j'ai du patienter avec la solitude
Pour seule compagnie devenue habitude
Alors que tout espoir avait dû me quitter
Voilà qu'un jour béni, toi je t'ai rencontrée.

Tu était bien discrète dans ta jupe plissée
Une ombre de sourire accroché à tes lèvres
Et j'ai senti en moi comme une vague brève
Ton âme s'est ouverte et je m'y suis glissé.

Ce fut le point de départ de notre aventure
Pour moi ce fut ce jour, une vraie ouverture
Vers ce pays magique dont j'ai toujours rêvé
Vers toute la tendresse dont j'ai été sevré.

Je vis depuis ce temps dans ton si beau pays
Tes yeux et ton sourire en sont les beaux soleils
J'explore ses collines à bien de mes réveils
Dans ses vallées profondes, j'y ai même fait mon nid.

 

Pierre Boutet

Tous droits réservés