20 janvier 2016

Loin du centre des villes

Loin du bruit de la ville, on entend les criquets Les hommes y trépignent, ailleurs la vie trépide Humeurs artificielles dans les rues éclairées Par des led qui voudraient en effacer les rides. Une vie artefact, la nature est exclue Les cerveaux asservis par des écrans partout Du matin jusqu'au soir le nez baissé dessus On ne voit plus le ciel, on voit plus rien du tout. Des foules entassées dans métropoles immenses Comportements dictés par des rythmes imposés Les hommes dépassés par ce qu'ils ont créé Modernes Frankestein, par... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2016

Voyage à Paris

Sous ses yeux défilaient des près et des forêtsTous étaient bien blanchis par un givre glacéLa campagne partout en paraissait figée Plus aucun animal alors n'y pâturait Dans ce train silencieux lancé dans la natureLe spectacle le berçait au rythme de l'allureAmortis par la grâce de la technologieDans ce salon roulant au milieu du pays Jamais on n'aurait cru dans ces champs immobilesVivre une parenthèse aussi coupée de toutDans ces instants, blotti dans son siège bien douxLe voyageur était somnolent et tranquille. Des fermes... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2016

La bête

En des temps reculés, était une créature Etait ce une rumeur ou était ce un monstreD'os et de chairs bâti, ou matière à émoiDe quoi qu'elle fut faite,elle suscitait l'effroi. Dans les campagnes alors chacun vivait au mieuxDans des fermes isolées, distantes de bien des lieuxQuand un drame arrivait, l'histoire était contéeMaintes fois colportée et souvent déformée La bête du Gevaudan en est un bel exemplePour certains c'est un loup, pour d'autre c'est un fouLe roi même envoya des régiments de gardesPour garder le contrôle d'une... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2016

Tout ça pour quoi ?

Un grand moment de calme, tranquille, isolé Il ne sait par avance combien il va durer C’est une parenthèse dans sa vie de troufion Instant privilégié avant que tonne le canon.   Il ne connaît de bruit que sifflement des balles Ne connaît de plaisir qu’une bouffée rapide Sur une cigarette, avant que ne s’emballe Les combats incessants qui lui font mal au bide.   Autour de lui ce ne sont plus que ruines Il vit dans des tunnels, fortement enterrés Il ne voit plus le jour qu’à travers des lucarnes Découpées sur le... [Lire la suite]
Posté par Pierre Boutet à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]